“Thrice oppressed”

HElena Schätzle

du 18 novembre 2021 au 09 janvier 2022
14h-18h / we : 10h-12h et 14h-18h / fermé le mardi 

Vernissage en présence de l’artiste LE JEUDI 18 novembre 2021 À 18H30 – galerie du cri des lumieres – commun suD

“Thrice Opressed”

Une ode aux femmes de tous horizons saluant leur courage malgré les terribles difficultés qu’elles ont rencontrées et pour créer un dialogue sur la violence à l’égard des femmes.

Lorsque Nisha a été battue sauvagement par son mari parce qu’elle «n’était pas belle», son moral a été  détruit à tel point qu’il lui était difficile de voir un monde au-delà de ses frontières. Elle est retournée à son mari violent pour l’amour de ses deux jeunes enfants qui, selon elle, ne pourraient pas être élevés sans lui. Imaginer l’impact de la violence sur la vie de Nisha est insurmontable, mais elle vit avec elle tous les jours. Des femmes comme Maya dont le nez a été coupé par son mari dans une crise de rage, ou une autre qui a subi une attaque à l’acide après avoir refusé les avances d’un homme dans sa communauté locale, continuent de vivre leur vie même après une telle horreur.

 

Le choix d’une femme en matière d’éducation, de carrière et de mariage est remis en question et compromis du fait qu’elle est une femme. Au lieu de cela, elle devra assumer diverses responsabilités telles que s’occuper des travaux ménagers, frères et sœurs, servir les personnes âgées, travailler dans les champs, etc… Malheureusement, la situation ne diffère pas, que ce soit en milieu urbain ou rural

Violées, mutilées, forcées d’avoir plusieurs enfants, soumises à des abus et à des tortures mentales, ces femmes peinent encore à s’accrocher à un semblant de normalité en marge de la société. Et tandis que le projet de loi sur la violence domestique, le projet de loi sur le harcèlement sexuel et l’application des droits humains fondamentaux est examiné et modifié dans notre système judiciaire, ses effets sont lents à pénétrer la base. Les autorités locales – à savoir la police et le sarpanch (chef de village) – ignorent régulièrement les plaintes de ces femmes. Orienté vers l’oppression des membres des castes supérieures, des prêteurs et même de leur propre famille et conjointes, ils espèrent toujours que leurs enfants verront un avenir meilleur.

 

partenaires

En partenariat avec le Goethe Institut de Nancy, le Ministère de la culture, la Région Grand Estle Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle,et le Château de Lunéville.

© Héléna Schätzle