Lunéville, Territoire de l’Image #2

01 juillet au 18 septembre 2016

Donner à voir
Le CRI des Lumières, le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle avec le Château des Lumières et ses partenaires, la ville de Lunéville veulent offrir une programmation où se côtoient des oeuvres de photographes reconnus et donner à voir, à découvrir des oeuvres inédites de jeunes artistes. Au programme des expositions, des installations, des ateliers sur l’ensemble du site du Château des Lumières et dans la ville de Lunéville, ñdsp;invitant la population à partager et découvrir des oeuvres contemporaines et aussi dialoguer avec leurs auteurs dans une ambiance chaleureuse et festive. Nous avons choisi de ne pas rassembler des expositions sous un discours unificateur, avec une thématique unique car notre intention première est d’abord de donner à voir différents « territoires de l’image ». Ne pas consacrer un évènement sur un sujet particulier, ne pas répondre à cette attente d’homogénéité, de cohérence, d’équilibre et de simplification mais prendre le risque de déranger, de trouver et d’occasionner un décalage. Or il s’agit justement de créer du dérangement et des interrogations en proposant un ensemble d’expositions qui échappe à la classification, au rangement, pour permettre à chacune des propositions de se présenter en totale autonomie, dans sa pleine et entière singularité. Il s’agit aussi de provoquer des intervalles, des espaces, des oppositions, créer des écarts permettant de faire travailler la pensée, permettant à chaque visiteur de tracer son propre parcours.

En bordure d’une humanité ordinaire

31 auteurs, 135 autoportraits

Collection Madeleine Millot-Durrenberger

Halle à Grains, Quai des Petits Bosquets
Ouvert du lundi au dimanche – Fermé le mardi
10h/12h – 14h/18h

Dieter Appelt, Patrick Bailly Maitre Grand, Leandro Berra, Anna & Bernhard Blume, Robert Cahen, Bob Carey, Luciano Castelli, Thierry Cauwet, John Copplans, Yves D’Ans, Jean Daubas, Hermann Försterling, Gibert Garcin, Hervé Guibert, Marius Hermaniwicz, Ton Huijbers, Michel Journiac, Karyne Lamouille, Jean Le Gac, Pierre Molinier, David Nebreda, Ian Paterson, Bernard Plossu, Éric Rondepierre, Denis Roche, Alix Cléo Roubaud, Lucas Samaras, Jan Saudek, Nathalie Savey, Miro Svolik, Unglee

« Longtemps on s’est persuadé qu’un autoportrait consistait, pour un peintre, à « montrer son visage ». Comme si le visage, bien qu’intime, représentait en outre une reconnaissance sociale. L’artiste se peindrait en vue de s’immortaliser… Or les photographes présentés ici nous montrent leur singularité et aussi ce que nous, regarder, pensons que nous ne sommes pas. […] Les prises de position, (parfois contradictoires, parfois complémentaires, entre éroticité et mort) de chacun de ces artistes furent pour moi, collectionneuse, une confrontation avant de devenir le souhait d’un partage. »
Madeleine Millot Durrenberger, janvier 2015

Le rayon verre

photographies de Patrick Jacques

Exposition produite par Surface Sensible

Halle à Grains, Quai des Petits Bosquets
Ouvert du lundi au dimanche – Fermé le mardi
10h/12h – 14h/18h

Ce travail est issu d’une commande de « Surface Sensible », association promouvant la photographie dans le grand est de la France et les régions transfrontalières. Il s’agit d’un travail de photographie argentine.
Ce travail s’articule en trois volets distincts. Une partie réalisée sur le terrain, les lieux de fabriques, les ateliers, l’homme au travail, la création du verre, du cristal, les atmosphères des lieux de production… Une deuxième partie en studio ou en extérieur, en utilisant le verre pour sa transparence, comme support frontière à des présences humaines venant dessiner une pensée réfléchie. Une troisième partie en chambre noire en utilisant la matière verre comme prétexte à jouer avec la lumière à enregistrer des empreintes lumineuses s’illustrant sur le papier sensible.

Installation vidéographique

[Nous chuchotons]

par Pierre Van Tieghem

Château des Lumières
Commun Nord, 2ème étage

Projet commenté. Le cadrage des visages, contraint par les proportions des fenêtres, fait allusion à la photo d’identité. Cependant, au contraire de cette dernière destinée à produire une reconnaissance, les visages aux fenêtres, mouvants et déformés par la projection, ne sont pas identifiables, ils tendent à l’universel. Les visages ont été filmés en train de lire en chuchotant des textes et des poèmes évoquant la notion de liberté. Le murmure de ces lectures (diffusées de façon aléatoire) donne au spectateur le sentiment de partager un secret.

Carte blanche à Claude Philippot, photographe

Cour du Rocher, sur le parking

Travail de résidence sur la ville de Lunéville et le Château des Lumières. Réalisation d’un mur d’images le long du parking de la Cour du Rocher.

Petites et grandes misères des populations civiles

de Catherine De Rosa et Cornelia Enax

Quai des Petits Bosquets et rue Chanzy: au fil de l’eau

Exposition installatoire. Une production Surface Sensible.

Point de vue sur le Château des Lumières

Photographies d’Alexandre Marchi

Hôtel des Pages, 5 quai des Petits Bosquets, dans la cour intérieure

Les Visages de la ruralité

Château des Lumières – Espace Millon

Travaux des ateliers de pratiques artistiques encadrés par B. Cozzupoli, S. Guillaume et E. Salquèbre. Dans le cadre de l’École des Regards Nomade du CRI des Lumières, avec les écoles de Badonviller, Bénaménil, Cirey-sur-Vezouze, Flainval et Marainviller.

L’arpenteur du temps

exposition de Juraj Lipscher

Galerie du CRI des Lumières

Le travail réalisé par Juraj Lipscher en Bretagne et en Lorraine sur le paysage est avant tout le travail d’un arpenteur, qui n’a pas pour ambition de dé nir une sorte de « typicité » qui serait propre au paysage de chacune de ces deux régions, mais bien d’établir un état partiel et subjectif de paysages pluriels à un instant donné. Traiter du paysage c’est accepter d’être confronté à une réalité mouvante, changeante, « entre deux états », et qui ne peut s’analyser et se lire qu’autour de multiples points de vue… Les paysages de Juraj Lipscher donnent aussi à voir une « nature » – même si ce mot porte en lui toutes les contradictions d’une dé nition improbable voir impossible tant il peut recouvrir des réalités paradoxales – qui même domestiquée par l’homme, est toujours prête à reprendre ses droits dès que la présence humaine s’estompe. (Jusqu’au 25 septembre 2016)

Carte blanche à Baptiste Cozzupoli et Mélanie Tisserant

Exposition photographique

Restaurant Marie Leszczynska, 30 rue de Lorraine
Du mardi au dimanche, 12h/13h30 – 19h30/21h30

Restaurant Stan’Traiteur, 1 rue Chanzy
Tous les jours, 12h/14h – 19h/22h

JARDINS DU CHÂTEAU DE SCHWETZINGEN

Exposition photographique

Château des Lumières – Salle de la Livrée
Ouvert du lundi au dimanche – Fermé le mardi
10h/12h – 14h/18h

Ancien palais princier de Bade-Wurtemberg, en Allemagne, Schwetzingen est un château partenaire du Château des Lumières

Dessine moi la ville

Hôtel de Ville de Lunéville
Ouvert du lundi au vendredi, 9h/12h et 13h30/17h30

Travaux des élèves des école primaires de Lunéville encadrés par C. Deluzet dans le cadre des Nouvelles Activités Périscolaires

Les Portes du Temps – Château des Lumières

ATELIER STÉNOPÉ animé par Jean Daubas

Espace pédagogique – Du 8 au 19 août – tous les jours sauf le week-end
10h/12h – 13h30/15h30 – 15 personnes

Les 3 premières semaines d’août 2016.
Infos et tarifs : rdoudou@departement54.fr et 03 83 76 04 75

Partenaires

Ministère de la Culture et de la Communication, Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Ville de Lunéville, Château des Lumières, Surface Sensible

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest